Trois villes associées pour un même réseau de chaleur géothermique

Trois villes associées pour un même réseau de chaleur géothermique - dhcnews

Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec, Montreuil. D’ici l’été 2016, ces trois villes de Seine-Saint-Denis seront alimentées par le même réseau de géothermie, baptisé Ygéo. Un projet d’envergure, qui alimentera en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 10 300 logements représentant des besoins en chaleur de 103 GWh.

Un repérage au préalable

C’est un projet d’envergure qui est en cours de réalisation en Seine-Saint-Denis : créer un réseau géothermique de chaleur capable de fournir trois villes (Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec et Montreuil) en chauffage et en eau chaude sanitaire d’ici l’été 2016. Une implantation qui n’a, bien sûr, pas été décidée au hasard. Dans le cadre du Schéma Régional Climat Air Énergie et du plan de relance de la géothermie en Île-de-France porté par la Région et l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le Conseil général de Seine-Saint-Denis avait commandé au bureau d’études Sermet une étude de faisabilité de la géothermie ainsi qu’un repérage des communes susceptibles de pouvoir répondre à leurs besoins énergétiques grâce à la géothermie.

Plus de 10 km de réseau

En cours de construction sur la ville de Rosny-sous-Bois, la centrale géothermique proposera une puissance de 10 MW. Elle sera constituée d’un doublet géothermique de 1 800 mètres de profondeur, dont le forage vient de se terminer, et de pompes à chaleur. La géothermie devrait fournir environ 60 % de la chaleur ; le reste étant assuré – notamment en cas de températures extérieures insuffisantes – par 8 chaudières gaz décentralisées déjà en fonctionnement, évitant ainsi la construction d’une chaufferie gaz de secours sur le site d’exploitation.

Comment fonctionnera le site de production ? L’eau utilisée sera puisée à environ 2 000 mètres de profondeur, dans une nappe d’eau présente dans une couche géologique datant du jurassique moyen nommée Dogger. La température de l’eau y est située entre 55 et 85 °C. Notons qu’il s’agit actuellement de la troisième source d’énergie renouvelable en France, après l’énergie hydraulique et la biomasse. Une énergie propre, locale et renouvelable, qui présente un potentiel de développement non-négligeable pour les réseaux de chaleur, que la future loi sur la transition énergétique va encourager à puiser dans les EnR.

10 300 logements raccordés

Une fois terminé (à l’été 2016), le réseau de chaleur géothermique de Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec et Montreuil devrait distribuer plus de 100 GWh de chaleur par an à 10 300 logements sur les trois communes. Par rapport à un mode de chauffage “classique”, il permettra d’éviter l’émission de 15 800 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Mais l’environnement ne sera pas le seul gagnant : la part des énergies renouvelables utilisées dans le réseau de chaleur Ygéo étant supérieure à 50 %, les usagers bénéficieront d’un taux de TVA réduit à 5,5 % sur leurs factures de chauffage. De plus, alors que les prix de l’énergie augmentent régulièrement, le coût de la chaleur géothermique devrait être de plus en plus compétitif année après année, puisqu’il n’est pas soumis à la fluctuation des marchés comme le sont les prix des énergies fossiles.

Signé en janvier 2014, pour une durée de 30 ans, le contrat de délégation a attribué la construction et la gestion de futur réseau de chaleur à Cofely réseau, une filiale du groupe GDF Suez. Laquelle aura investi quelque 33 millions d’euros, avec un soutien du fonds chaleur de l’ADEME et de la Région Île-de-France à hauteur de 6,5 millions d’euros.

Source de l’image à la Une : mappy.

Related Posts

Recevez la Newsletter DHC News

Inscrivez-vous pour recevoir toutes dernières infos sur les réseaux chaleurs, que ce soit les actus, les innovations et bien d'autres encore !