Le réseau de chaleur de Strasbourg alimenté par une usine de traitement des déchets

À Strasbourg, un réseau de chaleur alimenté par une usine de traitement des déchets

La capitale alsacienne a, dès 2013, innové : son réseau de chaleur, exploité par Réseau GDS dans le cadre d’une Délégation de Service Public (DSP) depuis juillet 2010, est alimenté par l’usine de traitement des déchets de la communauté urbaine de Strasbourg du Rohrschollen. Il dessert en eau chaude et en chauffage environ 18 000 logements situés dans les quartiers de Neuhof, de la Meinau et de l’Elsau.

Strasbourg en bref

Strasbourg est une ville de l’Est de la France, située sur la rive gauche du Rhin. Elle est à la fois le chef-lieu du département du Bas-Rhin et de la région Alsace. Elle compte 274 000 habitants, et 769 000 habitants dans son agglomération.

Le climat de Strasbourg est de type océanique dégradé. Les hivers y sont froids et rigoureux (-0,8 °C en moyenne basse, avec un record à -23,6 °C), avec des chutes de neige régulières (30 jours par an, contre 12 à Paris ou 7 à Brest). Les étés sont étouffants – Strasbourg ne bénéficie pas d’une exposition conséquente aux vents, ce qui contribue à faire monter la chaleur et à engendrer des épisodes de pollution – avec une moyenne haute de 25,7 °C en juillet. Avec 29 jours d’orage par an, Strasbourg est l’une des villes de France les plus orageuses.

Un chantier mené en un temps record

À peine un an ! C’est le temps qu’il aura fallu à Réseau GDS – l’opérateur local du réseau de distribution de gaz naturel à Strasbourg et dans plus d’une centaine de communes du Bas-Rhin, qui s’est rapproché d’EBM Thermique, la filiale française du groupe coopératif suisse EBM avec qui il a fondé une filiale dédiée, Réseaux de Chaleur Urbains d’Alsace (RCUA) – pour réaliser un réseau de chaleur dans la capitale alsacienne. Celui-ci fournit en eau chaude et en chauffage quelque 18 000 logements situés dans le Sud-Ouest de la ville, et plus précisément dans les quartiers de Neuhof, de la Meinau et de l’Elsau.

Pour réaliser ce petit exploit, il a fallu contourner plusieurs contraintes : une forte urbanisation de la zone, le perçage d’un micro-tunnel permettant le passage sous la ligne de tramway locale, le franchissement de plusieurs ponts…

Le réseau de chauffage urbain utilise la chaleur produite par l’usine d’incinération de déchets ménagers du Rohrschollen. Concrètement, l’eau chaude qui circule dans le réseau (sur une portion des 1 838 kilomètres de réseau que possède GDS) est chauffée grâce à l’énergie thermique récupérée sur l’usine.

Un suivi en temps réel pour des économies à tous les niveaux

La solution choisie à Strasbourg possède un avantage majeur : le suivi en temps réel des consommations. Il permet :

  • aux usagers de mieux réguler leurs consommations ;
  • aux concessionnaires d’optimiser leurs installations ;
  • à l’autorité concédante de contrôler le fonctionnement de la délégation de service public (DSP).

Utilisant un minimum de 87 % de ressources renouvelables en circuit court, le réseau de chaleur géré par Réseau GDS permet une économie de 18 000 tonnes de CO2 par an. Signe de sa réussite, il a été intégré au Plan Climat de la Communauté Urbaine de Strasbourg.

Le réseau de chaleur de Strasbourg auquel sont raccordés plus de 18 000 logements est un exemple parfait de cogénération. Il est même, selon les responsables de Réseau GDS, en cours d’extension !

Source de l’image à la Une : Flickr (Spiterman)

Related Posts

Recevez la Newsletter DHC News

Inscrivez-vous pour recevoir toutes dernières infos sur les réseaux chaleurs, que ce soit les actus, les innovations et bien d'autres encore !