Les réseaux de chaleur renouvelable en forte progression

Les réseaux de chaleur renouvelable en forte progression

 

Les réseaux de chaleur utilisant des énergies renouvelables et de récupération sont en forte progression en France. C’est ce que révèle l’enquête annuelle du syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation urbaine (SNCU), publiée le 15 janvier dernier. De nombreuses données sur l’efficacité thermique et énergétique des réseaux confirment que les énergies propres sont le futur du réseau de chaleur.

Les réseaux de chaleur, entre gaz naturel et EnR et de récupération

L’enquête de la SNCU, menée en 2014, a permis à l’organisme de récolter les données de 411 réseaux de chaleur, composés de 657 installations de production partout en France. La moitié de ces installations utilisent deux énergies pour s’alimenter : les grands gagnants du bouquet énergétique global (en terme d’énergie thermique produite) sont les EnR et de récupération (40 %), le gaz naturel (hors cogénération 26% et de cogénération 17%). Les énergies fossiles comme le charbon (9 %) et le fioul (5 %) sont, quant à elle, en queue de peloton. Néanmoins, en terme de GWh produits, le gaz naturel reste en tête (12000 GWh) suivi de l’unité de valorisation énergétique des déchets ménagers (8 000 GWh) et de la biomasse (près de 2 000 GWh). Enfin, on apprend qu’en 2013, 58 % des réseaux de chaleur ont utilisé une ou plusieurs énergies renouvelables, soit 100 % de plus qu’en 2005.

Un avenir plus propre pour les réseaux de chaleur

Les énergies renouvelables et de récupération de chaleur ont fait un bond de plus de 50 % sur la dernière décennie, signe que la transition énergétique est en marche. La biomasse est l’énergie qui connaît la plus forte progression ces dernières années (4 % en 2010, contre 10 % en 2013). Le gaz de récupération, lui, est en légère baisse (25 % en 2012, 24 % en 2013). Des données qui vont dans le sens d’une plus grande place accordée aux énergies propres dans les réseaux de chaleur, puisque l’objectif de la loi sur la transition énergétique est de multiplier par 5 la part de la chaleur renouvelable et de récupération d’ici 2030. Cette loi, qui sera débattue au Sénat le 9 février prochain, devrait permettre de doubler le Fonds chaleur de l’ADEME, qui participe à cette forte progression des EnR et particulièrement du bois-chaleur, d’ici 2017.

Source de l’image à la Une : Pixabay

Related Posts

Recevez la Newsletter DHC News

Inscrivez-vous pour recevoir toutes dernières infos sur les réseaux chaleurs, que ce soit les actus, les innovations et bien d'autres encore !