Les réseaux de froid : explication DHC News

Réseau de froid d'Hammarbyverket

Réseau de froid d’Hammarbyverket

Les réseaux de froid, sont installés dans le but de garantir le confort des utilisateurs en été, et sont dédiés au transport et à la distribution de “frigories” – par oppositions aux calories des réseaux de chaleur, que vous connaissez : nous vous avons par exemple parlé récemment de la géothermie ou encore de la biomasse. Explication sur les réseaux de froid par DHC News.

Comment fonctionne un réseau de froid ? Explication

Un réseau de froid fonctionne exactement comme un réseau de chaleur … en sens inverse. En effet, alors que le réseau de chaleur amène de la chaleur d’une chaufferie vers un ensemble de bâtiments, un réseau de froid a pour rôle d’évacuer la chaleur ambiante et de la transporter vers un point de rejet dans l’air ou dans l’eau.

Ainsi, un réseau de froid fonctionne en circuit fermé, comprenant toujours deux canalisations au minimum (une pour l’aller, l’autre pour le retour). Il se compose de :

– une ou plusieurs unités d’évacuation de la chaleur, des centrales frigorifiques ou des installations de production d’eau glacée ;

– un réseau de canalisations qui transporte la chaleur avec un fluide caloporteur, de l’eau dans la plupart des cas (température située entre 1 et 12 °C à l’aller et entre 10 °C et 20 °C au retour) ;

– de sous-stations pour collecter la chaleur dans les immeubles à climatiser.

Notez que si les réseaux de froid nécessitent bien de l’électricité pour fonctionner, ils en consomment, par foyer raccordé, environ deux fois moins qu’une climatisation. Ils représentent donc une solution plus écologique et économique, à la fois pour la planète et les utilisateurs !

À Paris, une “vitrine technologique”

Aujourd’hui, la France compte une quinzaine de réseaux de froid, qui couvrent plus de 100 km de bureaux et logements. Celui de Paris constitue une véritable vitrine technologique, puisqu’il climatise près de 5 millions de mètres carrés. Existant depuis 1991 et géré par Climespace, il compte 8 centrales de production d’une puissance de 400 MW. 500 clients sont ainsi “refroidis”, pour une énergie délivrée de 412 GWh/an.

D’autres réseaux de ce type existent, notamment à Bordeaux, Grenoble, Lyon, Monaco, Montpellier, Paris La Défense, au parc des Expositions de Villepinte ou au Stade de France.

Quelques exemples de réseaux de froid

Dans le monde, il existe par ailleurs plus de 1 500 réseaux de froid. Citons par exemple, en Europe :

– Le réseau de froid de Stockholm (Suède), géré par Fortum. Il fait partie des plus importants du continent. D’une envergure de 371 km et d’une puissance de 888 GWh, il permet le refroidissement d’une surface de 7 000 000 m2 de commerces !

– Le réseau de froid de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse). Celui-ci est intéressant de par la technique utilisée. Il se sert en effet des couches profondes et froides du Lac de Genève, par un pompage situé à 70 mètres de profondeur (l’eau s’y trouvant à 6 °C). L’eau “de retour” est ensuite renvoyée dans la rivière La Sorge, à 12-14 °C.

– Le système de refroidissement du district d’Helsinki (Finlande) est également intéressant. Il valorise la chaleur perdue en été dans les unités de production d’énergie par cogénération. Pour cela, il fait fonctionner des réfrigérateurs à absorption, lesquels climatisent les centaines de commerces, industries et lieux de vie reliés. Et font baisser, au passage, les consommations d’électricité !

Pour ne rien manquer d’une future explication sur les réseaux de froid ou sur les réseaux de chaleur, abonnez-vous à notre newsletter.

Related Posts

Recevez la Newsletter DHC News

Inscrivez-vous pour recevoir toutes dernières infos sur les réseaux chaleurs, que ce soit les actus, les innovations et bien d'autres encore !