Énergie verte – Le record du réseau de chauffage urbain de Grenoble

En terme d’énergies vertes, le réseau de chauffage urbain de Grenoble-Alpes Métropole a atteint un record national en utilisant 70 % d’énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) pour son mix énergétique.

En 60 ans, le réseau de chauffage urbain de Grenoble est passé de 0 % à 70 % d’EnR&R avec une chaleur distribuée aux clients multipliée par 30. Si actuellement, le recours aux EnR&R est de l’ordre de 56 % sur le plan national, le réseau ambitionne d’atteindre les 100 % en 2033.

La ville de Grenoble veut devenir une capitale verte européenne et conserver un temps d’avance. C’est pourquoi ces résultats sont véritablement déterminants pour la ville qui a réduit de 60 % ses émissions de CO2 depuis 1990, si l’objectif européen est de 20 % d’ici 2020.

Grenoble s’appuie sur plusieurs facteurs pour atteindre ce record comme l’utilisation sur l’ensemble des sites des outils de production optimisés, l’augmentation de la part du bois-énergie, la limitation du recours aux énergies fossiles, le raccord à la plateforme chimique de Pont-de-Claix en intégrant une nouvelle source d’énergie afin de valoriser une partie de la production d’énergie de celle-ci.

Le réseau de chaleur utilise le bois comme combustible en limitant les trajets grâce à un approvisionnement local (dans un rayon de 100 km). L’utilisation de la biomasse permet aux usagers de bénéficier de la TVA réduite et donne la possibilité au réseau de chauffage urbain de dépasser 50 % d’énergies renouvelables et de récupération dans son bilan énergétique.

Sur la saison de chauffe 2018-2019, l’équivalent de 30 000 foyers environ a pu être chauffé avec 100 000 tonnes de bois. Ainsi, la Métropole a pu économiser environ 70 000 tonnes de CO2 par rapport au gaz naturel ou 117 000 tonnes de CO2 par rapport au charbon.

En mars 2020, une nouvelle centrale biomasse va être mise en service pour renforcer le réseau de chauffage urbain de Grenoble. Pour accompagner le développement de ce réseau, un emprunt d’une valeur de 60 millions d’euros a été mobilisé auprès de la Banque Postale, du Crédit Lyonnais et de la BEI.

Basée sur les énergies propres, cette stratégie de développement du réseau permet d’atteindre en 2020 85 % et plus d’énergies renouvelables et récupérables avec l’ambition d’atteindre en 2033 les 100 %.

Related Posts

Recevez la Newsletter DHC News

Inscrivez-vous pour recevoir toutes dernières infos sur les réseaux chaleurs, que ce soit les actus, les innovations et bien d'autres encore !