La cogénération, point-clé de la conférence annuelle de COGEN Europe

Les dirigeants de l’UE n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un nouvel objectif en matière d’efficacité énergétique, en dépit des négociations qui se sont poursuivies jusqu’aux premières heures le soir du mercredi 13 juin. L’importance de la cogénération dans ce domaine a été un point de discussion clé lors de la conférence annuelle de COGEN Europe à Bruxelles.

Pour respecter l’Accord de Paris, l’UE doit mettre en place une combinaison de ressources énergétiques renouvelables et optimiser l’efficacité énergétique dans toute la chaîne de valeur. Et la cogénération permet toutes ces choses, selon les professionnels du secteur.

Selon une enquête réalisée par Snapshot, le potentiel d’économies d’énergie et de réduction des émissions de CO2 supplémentaires provenant de la cogénération reste inexploité. La cause étant la faible mise en œuvre nationale de la législation européenne concernant l’efficacité énergétique.

La cogénération en Europe représente aujourd’hui 11 % de l’électricité. L’UE souhaite que celle-ci passe à 20 % en 2030. Elle représente également 15 % de la chaleur consommée dans toute l’UE, et celle-ci devrait augmenter jusqu’à 25 % d’ici 2030.

Par ailleurs, la cogénération couvre actuellement 21 % de l’objectif en matière de réduction de CO2 et 14 % de l’objectif d’efficacité énergétique. À l’horizon 2030, l’UE ambitionne d’augmenter ce taux jusqu’à 23 % en termes de réduction de CO2 et jusqu’à 18 % an matière d’efficacité énergétique.

Peter Botschek, directeur du Conseil européen de l’industrie chimique, a expliqué que l’objectif en matière de réduction de l’empreinte carbone du secteur depuis 1990 a été largement réalisé grâce à la technologie de cogénération.

Pourtant, selon Paul Hodson, chef de l’unité chargé de l’efficacité énergétique (DG Energie) de la Commission européenne, la mise en œuvre de l’article 14 de la directive sur l’efficacité énergétique n’avait pas l’effet escompté.

Cette disposition a été conçue pour faire en sorte que la cogénération puisse être la norme, mais il n’est pas convaincu que l’article 14 offre cet impact par défaut.

Selon lui, il convient de recommander à la Commission de l’UE de demander aux États membres de réaliser une analyse, de comparer l’évaluation de l’approvisionnement en chaleur, de faire cela le mieux que possible et de manière plus réfléchie que précédemment pour obtenir de meilleurs résultats.

Related Posts

Recevez la Newsletter DHC News

Inscrivez-vous pour recevoir toutes dernières infos sur les réseaux chaleurs, que ce soit les actus, les innovations et bien d'autres encore !